Aider le cerveau à passer à l'action avec 20 actions concrètes

Le changement c'est maintenant ! #4
Comment les neurosciences nous aident à créer les conditions d’un changement plus facile et durable ? Comment passer à l’action et ancrer de nouveaux comportements ? 
Nous le savons tous, décider le changement est une chose, manager et réussir le changement, c’est une autre histoire… Cette série d’articles « le changement c’est maintenant ? » explore les différents freins et leviers pour mieux piloter le changement avec 20 actions concrètes
Retrouvez les articles précédents sur le sujet, juste ici : 
Pour terminer cette série, reste à aborder maintenant l’axe comportemental pour passer à l’action !
Quand les neurosciences nous aident à réussir le changement
Quand les neurosciences nous aident à réussir le changement

4 actions pour aider le cerveau à amorcer le changement

image change
Notre comportement, nos actions sont la continuité de nos pensées et nos émotions. C’est la dimension sociale et physique de la transformation. Ainsi, dès le premier jour du processus de changement, en plus des éléments cognitifs et émotionnels évoqués dans les articles précédents, il est important de donner la bonne impulsion : 
Si le passage à l'action "coince", cherchez où se trouve le point de blocage sur l'axe cognitif ou émotionnel (parfois les deux !). Ces 3 axes sont connectés

1 - Identifiez vos 3 premières étapes et commencez

Pour commencer, à faire vivre et rendre concret le changement, identifiez les 3 premières étapes et passez à l’action. Cela peut paraitre contradictoire avec les éléments lorsque j'ai abordé l'axe cognitif qui évoquait l’importance de définir une stratégie, un objectif, des étapes... Oui, mais ça c'était avant...
Maintenant, au moment de passer à l'action, ne regardez pas trop loin. Vous risqueriez de vous faire peur (avec le chemin à parcourir), vous décourager avant même d'avoir véritablement commencé (face aux futurs obstacles ou enjeux de réussite). Comme le dit très justement Benoit Poolvorde dans les randonneurs : " Un pas, une planche... Une planche, un pas"
Restez simplement et uniquement concentré sur ces 3 premières actions à très court terme (1 à 2 semaines maximum) pour agir quotidiennement dans le sens du changement. 2 exemples concrets : 
Vous avez décidé de vous mettre à la course à pieds : 
Vous avez décidé de redéfinir votre stratégie commerciale : 
  • Action 1 : Je bloque la date de ma première sortie
  • Action 2 : Je m'achète une paire de chaussures
  • Action 3 : Je fais une play list de mes musiques préférées
  • Action 1 : Je définis un groupe de travail et je leur en parle
  • Action 2 : Je bloque dans l'agenda des temps dédiés récurrents
  • Action 3 : J'imprime une grille d'analyse SWOT et je  commence à poser mes idées. 
Facile et efficace non ? A ce stade, ce qui est utile pour votre cerveau, c'est de simplement commencer à sentir le mouvement, la nouveauté.

2 - Identifiez vos 3 premières victoires facile à atteindre

76783
A partir de votre plan d’action, identifiez quelques premières victoires faciles à atteindre.
En effet, dans l’enthousiasme des débuts du changement, nous avons tendance à sous-évaluer l’importance de l’effort. Aussi, s’il est important de maintenir des actions fondatrices et engageantes, prévoir aussi des actions qui permettent de ressentir les bénéfices de l’effort rapidement est crucial pour notre cerveau. 
Pensez à célébrer les réussites mais également les efforts pour activer le circuit de la récompense (donc la production de Dopamine) et ainsi maintenir la motivation. Dans le cas contraire, elle peut chuter rapidement dès les 1ère déconvenues ou difficultés. 
  • J’ai eu une journée difficile : et si j’allais courir plutôt un autre jour ?
  • Je galère à récupérer des indicateurs commerciaux fiables : puisque mon diagnostic est incomplet à quoi ça sert d'aller construire une stratégie ?
Les petites victoires vont ainsi permettre de nuancer la vision négative et de maintenir le goût de l'effort.

3 - Créez de nouvelles habitudes, appuyez-vous sur des rituels

Pour ancrer le changement, il faut le vivre au quotidien. Cela semble évident et pourtant cette clé du succès n’est pas toujours utilisée. La force du rituel permet de créer des boucles comportementales, des automatismes. 
Changer c’est physiologiquement créer de nouvelles connexions neuronales.
On entend souvent qu’il faut 21 jours pour adopter une nouvelle habitude : c’est faux ! Selon une étude réalisée par la psychologue Philippa Lally et une équipe de chercheurs de l’UCL (University College London), si un « petit changement » peut prendre seulement 18 jours, un changement plus important nécessite jusqu’à 254 jours ! En moyenne, il faudrait 66 jours pour ancrer durablement un changement, c’est-à-dire développer et rendre automatique une nouvelle habitude. 
Pour qu’une habitude prenne, éliminez les freins psychologiques et respecter les règles cognitives favorables au changement. L’adoption d’un nouveau schéma comportemental commence déjà simplement par de petits actes congruents.
Si je reprends mes 2 exemples : 
  • Je cours tous les dimanches matin
  • Je profite de mon temps de trajet en voiture (je m'appuie sur une habitude déjà en place) pour réfléchir à ma stratégie commerciale, prendre du recul 20 mn par jour.
Au début pour créer l'habitude vous pouvez utiliser des alertes, des post-it... Tout ce qui peut vous aider à installer le nouvel automatisme. En même temps, pensez à éloigner le plus possible de vous les tentations de vos réflexes actuels. 
  • D'habitude, je prends mon temps le dimanche le matin pour lire mon journal : je n'achète plus le journal pendant quelques semaines
  • D'habitude, je passe mes coups de téléphone pendant mes 20 minutes de trajet : à partir de maintenant, je laisse mon téléphone au fond de ma sacoche.

4 - Communiquez

L’homme est un animal social, il a besoin de communiquer pour se rassurer, se motiver, se sentir écouté, évacuer…
Continuons avec mes 2 exemples : 
Echangez régulièrement sur les points positifs et les difficultés avec votre équipe. Pratiquez l’exercice indispensable du REX, Retour d’Expérience qui permettra à chacun de capitaliser et de mesurer le chemin parcouru (on a souvent l’impression que ça ne va pas assez vite, on ne mesure pas le chemin parcouru).
Pour la course à pieds, partagez avec votre famille, un ami. Et pourquoi pas faire votre propre REX lors d’un dialogue avec vous-même ?
FMPM Manager le changement 77c5d
Nous avons tous déjà au moins une fois pris de bonnes résolutions et vu notre belle volonté fondre comme neige au soleil. 
Nous avons tous vécu des projets d’entreprises qui patinent voire n’aboutissent jamais sans raison rationnelle. 
Et je croise souvent l’exemple du dirigeant ou manager commercial cité dans l’article.
Le changement fait partie de notre vie : tout change, se transforme et évolue en permanence. Et s'il n'existe pas de véritable consensus sur la définition de l'intelligence, néanmoins celle de Stanislas Dehaene, neuroscientifique et chercheur en neurosciences cognitives me plait : « la capacité de s’adapter au monde extérieur ». Et si apprendre à changer était in fine la compétence à développer pour savoir s'adapter ? 
Notre cerveau a besoin de changement pour rester en forme et faire face à un environnement en perpétuel mouvement. De l’autre côté le cerveau n’aime pas changer et surtout modifier ses habitudes. 
Comprendre et accepter ce paradoxe permet de mieux apprivoiser les mécanismes mentaux à l’œuvre dans le changement

Ces sujets qui peuvent vous intéresser...

Comment les neurosciences nous aident à créer les conditions d’un changement plus facile et durable ? Comment passer à l’action et ancrer de nouveaux comportements ?  Nous …

Chacun a déjà pu en faire l'expérience, être motivé par le projet d’entreprise, avoir un objectif avec un plan d'action, être engagé, cela ne suffit pas pour réussir le c …

Changer : plus facile à dire qu’à faire !Seuls 34 % des projets d’entreprises atteignent leurs objectifs de changements, d'autres études évoquent même le chiffre de 18 %. …
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires